Nommer n’est pas jouer : Occitanie, Sud, etc.

Post un peu différent cette semaine, à deux titres : d’abord parce qu’il est en français (il faut bien varier les plaisirs…) et d’autre part parce qu’il est plutôt théorique, ou disons qu’il réfléchit non pas à une situation de terrain mais qu’il fait le point sur ce qui constitue le cœur de notre projet, la question de la nomination. Ce dont il va être question ici, à partir d’une réflexion sur le nom de la région Occitanie, c’est que le langage ne sert pas simplement à apposer une étiquette sur une réalité pré-constituée, mais que le langage fabrique aussi du réel, des relations, des liens, des obligations, des possibilités, et en même temps des impossibilités.

Le découpage des régions françaises est notoirement, disons, folklorique. Limites tracées sur un coin de table dans les années 1960, petits arrangements entre amis ou entre ennemis… On se souviendra de la forme qu’a failli prendre la région Aquitaine-Limousin :

Crédits: CC 

On connaît aussi les péripéties des noms de ces régions, anciennes ou nouvelles. Centre (de quoi ?), Hauts de France (passons…). On sait aussi que certains départements ont changé de nom parce que leur nom ancien ne leur convenait pas : Loire Inférieure devenant Loire Atlantique, Côtes-du-Nord devenant Côtes d’Armor… C’est que le langage ne fait pas que dénoter, il renvoie à l’expérience. Armor, tout de suite, ça fait plus chic que Nord (qui fait tout de suite penser à autre chose, des frites au froid…). On connaît aussi les difficultés à faire revenir la Loire Inférieure(pardon, Atlantique) en Bretagne, à créer une Région Pays Basque. C’est que les Provinces d’Ancien Régime ont mauvaise presse. Par contre, curieusement, aucun souci pour réunifier la Normandie. Ou pour créer une région Occitanie, nom décidé il est vrai par vox populi, ou plutôt vox ‘interneti’, mais créant une entité qui n’avait pas existé sous ce nom depuis plusieurs siècles, ce qui ne nous rajeunit pas, et reprenant un terme que la romanistique et l’occitanisme avaient pris l’habitude depuis le 19esiècle d’applique à une région plus large, l’ensemble des pays de Langue d’Oc.

La région administrative Occitanie au sein de l’Occitanie linguistique (en rouge)
Licence CC – Carte JFBlanc

Et puis plus récemment, la mal-nommée ProvenceAlpesCôted’Azur, PACA de son petit nom, est aussi devenue Sud-PACA, préambule sans doute à une appellation Sud. Car appellation, c’est bien le terme. Ici, il s’agit de marque, de vendre du régional dans une compétition que se livrent les régions d’Europe pour attirer investisseurs et touristes. Ici c’est Sud contre Occitanie, et dans cette course, qu’est-ce qui va attirer l’argent, et le monde ? La vieille appellation historique, porteuse d’identité, d’histoire et de fantasmes, ou une bonne appellation sans fioriture — le Sud, tout le monde sait où c’est, c’est là qu’il y a la mer, le soleil, le pastis, et l’accent.

Mélenchon, député de Marseille : l’accent, et les vieux réflexes centralisateurs

Le film Wine Calling l’a bien compris, qui met en avant l’Occitanie pour parler de vins natures. Etrange choix d’ailleurs pour un film dont la majorité des interlocuteurs semblent basés en Catalogne, et qui ne parle d’Occitanie que dans le texte d’annonce du film, mais jamais dans le film, et qui fait semblant de ne pas voir que plusieurs étiquettes de vins ne sont pas en français, mais bien en occitan ou en catalan. Mais c’est bien que nommer n’est pas jouer. Cet espace qu’on appelle d’un seul nom (Sud de la France, Midi, Occitanie), ou de plusieurs (Provence/Languedoc/Gascogne/Limousin/Auvergne etc.) fait l’objet de luttes pour la dénomination depuis plusieurs siècles. Car c’est bien la chancellerie royale de France qui impose d’abord le nom d’Occitanie après la conquête du Languedoc au 13esiècle, pour parler des nouvelles possessions royales. On opposera ainsi la Patria linguae occitanae à la Patria linguae gallicae. Longtemps, les termes Gascon ou Provençal désigneront l’ensemble des terres d’Oc (voir ici pour plus de références). Plus tard, lors de la Renaissance d’oc au 19esiècle, le Félibrige parlera de Midi (Miejour/Miegjorn), et le mouvement occitaniste d’Occitanie au 20siècle, reprenant à la fois l’appellation médiévale et une certaine tradition poétique du 19esiècle (Fabre d’Olivet publie en 1804 un recueil intitulé Le Troubadour : Poésies Occitaniques du XIIIe siècle. Autant de noms qui peuvent désigner un même espace, mais ça n’est jamais réellement le même espace. L’Occitanie n’est pas le Midi, même si sur une carte les contours se recoupent. Le Midi n’est pas le Sud, et le Sud n’est pas la Provence. Ces termes renvoient à des expériences vécues distinctes, à des histoires et des histoires de vies différentes, à des passés différents, et, partant, à des futurs différents. Mais aussi des liens différents entre les êtres, humains notamment, des droits et des obligations différentes.

Région, rex, régime, règle, ont selon le linguiste Emile Benveniste une même origine. Dans Le vocabulaire des institutions indo-européennes (vol. 2), il écrit :

Regere fines signifie littéralement « tracer en ligne droite les frontières ». C’est l’opération à laquelle procède le grand prêtre pour la construction d’un temple ou d’une ville et qui consiste à déterminer sur le terrain l’espace consacré. Opération dont le caractère magique est visible : il s’agit de délimiter l’intérieur et l’extérieur, le royaume du sacré et le royaume du profane, le territoire national et le territoire étranger. Ce tracé est effectué par le personnage investi des plus hauts pouvoirs, le rex. (p.14)

Nommer, c’est déjà tracer des lignes. S’attribuer le droit de nommer, c’est incarner le pouvoir du rex. Accepter ces actes de nomination c’est reconnaître le pouvoir de ceux qui nomment. L’acte de nomination n’est donc pas anodin, car il accompagne, et en quelque sorte consacre, l’acte de délimitation. Voilà pourquoi l’Occitanie n’est pas le Midi ou le Sud de la France, et pourquoi ces trois entités, qui potentiellement recouvrent le même espace physique, ne désignent pas le même lieu.

En ce sens, l’adoption par une région administrative française du nom Occitanie est un coup de force (au sens propre), et un pari peut-être avant tout publicitaire. Publicitaire, parce que l’héritage du mouvement occitan est largement absent, qu’il n’y a pas d’ambition pan-occitane, et que la langue occitane, fondamentale pour le mouvement occitan qui a porté ce nom pendant un siècle, ne brille pas par sa présence. C’est donc que l’intérêt principal n’est pas l’avenir de la langue d’oc, mais ailleurs, dans le potentiel du nom à signifier, et à (s’)identifier. Qui, et pourquoi, la réponse n’est pas claire, et c’est en cela qu’il faut sans doute y voir davantage un acte de marketing qu’un acte historiquement conscient, ou linguistiquement inconscient. Le plus étonnant peut-être, c’est que le Conseil d’Etat ait validé ce nom. Cynisme, ignorance, indifférence, on y lira ce qu’on voudra.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search