De l’aïoli et des loups-garous : Apprendre l’occitan en faisant autre chose

Pendant deux week-ends début 2019, je me suis retrouvée dans le même café à Toulouse, à me lancer dans des activités assez variées : la préparation d’un aïoli fait maison la première fois, et la résolution de meurtres surnaturels la seconde. Le fil conducteur de cette série d’événements improbables ? Mais l’occitan, bien sûr !

Un peu de contexte serait peut-être utile. Le café, c’était la Topina, un café-restaurant culturel occitan visant la création d’un espace dans lequel l’occitan est employé largement en tant que langue de la cuisine, de la culture et de la convivialité. L’aïoli a été préparé lors d’un des ateliers cuisines régulièrement organisés par la Topina, ceux-ci étant menés en occitan et proposant une introduction aux spécialités régionales traditionnelles. La chasse aux loups-garous meurtriers, quant à elle, a eu lieu lors d’un après-midi de jeux de société en occitan organisé par quelques habitué·e·s de l’École occitane d’été dans le but de réunir des participants des années passées avant l’été.

L’atelier cuisine à la Topina (Photo: Sara Brennan)

Bien que le lien entre le fait de fouetter des œufs et celui de chercher à dévoiler des bêtes mythiques ne soit pas forcément évident, ces activités ont toutes deux offert la possibilité d’apprendre et de pratiquer l’occitan tout en se concentrant sur quelque chose d’autre. Maîtriser parfaitement la grammaire occitane n’était pas l’objectif : nous étions plutôt préoccupé·e·s par la surabondance d’ail dans l’aillade toulousaine, ou par la possibilité que le maire du village soit un loup-garou. Sonia, l’animatrice de l’atelier cuisine, traduisait des étapes des recettes occitanes pour dissiper les doutes par rapports aux termes culinaires techniques ou sur la finesse avec laquelle les noix devaient être concassées, tandis que les joueurs et joueuses des jeux de société se concertaient pour choisir la meilleure façon de dire « voyante » en occitan. Une certaine dimension pédagogique était donc présente mais secondaire : en détournant l’attention de la langue occitane elle-même, ces activités atténuaient toute pression éventuellement ressentie par ses locuteurs et leur offraient la chance de participer à une vie sociale en occitan sans appréhension.

C’est le loup-garou! (Photo: Sara Brennan)

En ce sens, ces deux réunions donnaient vie aux objectifs de la Topina et de l’École occitane d’été : au-delà d’être une langue de la salle de classe, l’occitan est devenu une langue des cours de cuisine et des jeux de cartes, des repas et des rires partagés, du vendredi après-midi et du samedi soir – bref, une langue de la vie quotidienne.

Ces occasions pour s’amuser avec l’occitan hors du milieu scolaire, cependant, ont eu lieu en même temps que des efforts de l’État français en vue de reformer l’Éducation nationale menaçaient de limiter fortement – et dans de nombreux cas, d’éliminer – l’enseignement de l’occitan et d’autres langues régionales de France au lycée. La majorité des personnes qui préparaient l’houmous pour des tartines ou identifiaient des loups-garous potentiels avaient moins de 35 ans, et beaucoup, si ce n’est la plupart, avaient principalement appris l’occitan à l’école. Ainsi ces opportunités pour apprendre l’occitan en faisant quelque chose d’autre sont elles-mêmes indirectement menacées, puisque les reformes proposées risquent d’empêcher l’émergence de futures cohortes de maîtres en aïoli et de chasseurs de loups-garous. Même dans le contexte de ces deux réunions, la portée considérable des conséquences éventuelles des reformes au sein et au-delà de l’Éducation nationale était évidente.

Vous trouverez d’ailleurs ici une pétition en ligne pour la revalorisation de l’enseignement de l’occitan. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search